Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 13:51

Éditorial du n° 196  de Fideliter

 

Les mois chauds et sympathiques de l’été sont de nouveau arrivés. Petits et grands entrent avec satisfaction en cette saison estivale et aspirent à quelques journées d’un farniente qui les délassera des labeurs et des fatigues de l’année. Nous vous souhaitons donc, chers lecteurs de Fideliter, quelques semaines d’été reposantes, au cours desquelles vous pourrez sainement profiter de la joie de retrouvailles familiales et vous livrer à de saines activités diverses et variées de détente corporelle et intellectuelle. Le corps et les facultés de l’âme en ont bien besoin pour pouvoir repartir plus vigoureusement pour la rentrée et pour la reprise du travail.

Cependant, il est certainement utile de rappeler que les vacances ne doivent pas être pour autant une période d’attiédissement spirituel, d’oubli de Dieu et de relâchement moral. Il est bon de le rappeler parce que tous les prêtres qui ont quelques années d’expérience connaissent ces confessions de la rentrée qui leur manifestent trop souvent le mauvais état de leurs pénitents.

Pas plus que les époux ne peuvent s’accorder l’un à l’autre une dispense à leur fidélité et à leur amour pendant les semaines estivales, pas plus que les enfants ne peuvent s’octroyer une échappatoire à leurs devoirs filiaux, pas plus les enfants du bon Dieu ne peuvent se trouver dégagés pendant l’été de leurs devoirs et de leur amour envers leur Créateur, leur Maître et leur Sauveur.

Il faut donc, puisqu’on dispose d’un petit peu plus de temps pendant l’été, ne pas hésiter à en profiter pour en consacrer aussi un peu plus à Notre Seigneur Jésus- Christ. L’aspiration de notre âme ne doit-elle pas être que la croissance de notre amour pour lui se fasse jour après jour de telle manière qu’il soit plus fort et plus fervent au retour de nos vacances ?

C’est ainsi que nous aurons le souci à passer des vacances catholiques pour nous-mêmes et pour nos enfants et de nous placer dans des conditions qui nous permettront de recevoir aisément les sacrements, en particulier, d’accéder aisément à celui de la confession, plusieurs fois pendant l’été. Il sera possible de donner à quelques-unes des soirées familiales des vacances une marque plus religieuse où les enfants constateront, pour leur édification, le souci que leurs parents ont de l’élévation chrétienne de toute la famille.

Parmi de nombreux efforts possibles, nous voudrions citer celui de la tenue à l’église. La proximité des côtes ou les diverses activités de détente auxquelles on prend part ne justifient pas que l’on vienne à la messe dans des accoutrements relâchés ou immodestes. S’il est bien un moment de la semaine où chacun doit au contraire fournir un effort pour venir dans une tenue propre et soignée, n’est-ce pas celui où l’on va se retrouver en présence du divin hôte du tabernacle ?

Que les hommes ne débarquent donc pas dans le sanctuaire en des vêtements avec lesquels ils n’oseraient pas se présenter dans leurs entreprises. Oserais-je demander à quelques-uns de trouver le temps de se raser et de se vêtir dignement avant de venir à la messe comme ils n’omettent pas de le faire avant de se rendre sur leur lieu de travail ? Que les mères donnent aussi l’exemple de la grande et belle vertu de la modestie chrétienne et aient à coeur de la faire respecter par leurs enfants. La bonne tenue favorise tellement le respect envers la maison de Dieu et les uns à l’égard des autres !

Pourquoi ne pas également profiter de ces semaines pour prévoir aussi une pause bien utile – voire devenue nécessaire – pour suivre une retraite spirituelle ou l’université d’été de Saint-Malo ou participer à telle ou telle session ou camp qui sera roboratif pour nos âmes ? Les années sont souvent chargées mais les vacances, pour l’un ou l’autre des conjoints, peuvent ouvrir plus facilement des possibilités d’en distraire quelques jours pour le bien spirituel.

Je vous souhaite à tous et à chacun de bonnes vacances pleinement reposantes pour le corps mais aussi pour l’âme et donc des vacances catholiques !

Abbé Régis de Cacqueray †, Supérieur du District de France

 

Je me joins à Monsieur l'Abbé pour souhaiter à tous mes lecteurs de bonnes et saintes vacances!

 

http://lh5.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RT6noSyJI/AAAAAAAAAuo/AVpseCzc910/fregio5.jpg

Partager cet article
Repost0
23 juin 2010 3 23 /06 /juin /2010 16:13

 

Célébration d'une messe en réparation du scandale de la "gay pride"

 

Une Messe et une adoration du Saint Sacrement auront lieu le dimanche 27 juin en l'église Notre-Dame de l’Assomption de Passy. La Messe sera célébrée par le Père Duloisy (curé de la paroisse) à 19h et suivie d'une "adoration réparatrice" de 20h à 20h30. Il s'agit d'un acte réparateur pour "consoler le cœur de Jésus", dans l'esprit de Notre Dame de Fatima qui demandait aux voyants de prier pour la conversion des pécheurs.

Au lendemain de l'odieuse manifestation banalisant honteusement le comportement homosexuel, les fidèles seront donc appelés à prier pour tous ceux qui font la promotion de l'homosexualité et à demander pardon à Notre Seigneur pour la "gay pride" et le comportement de ceux qui la composent.

A ce sujet, l'Église déclare que "les actes d’homosexualité sont intrinsèquement désordonnés » (CDF, décl. « Persona humana » 8). Ils sont contraires à la loi naturelle. Ils ferment l’acte sexuel au don de la vie. Ils ne procèdent pas d’une complémentarité affective et sexuelle véritable. Ils ne sauraient recevoir d’approbation en aucun cas" (Catéchisme de l'Église Catholique, 2357 - 2359 )

Chrétiens sans peur, venez nombreux rappeler avec charité que le comportement homosexuel est "intrinsèquement désordonné" et que nous devons d'autant plus prier pour la conversion de ceux qui voudraient le banaliser. "Accueillez le pécheur, rejetez le péché" disait Le Pape Benoît XVI lors de son homélie aux Invalides.

Ainsi, la prière que les voyants de Fatima ont apprise de l'ange n'a jamais été plus d'actualité:

"Mon Dieu, je crois, j'adore, j'espère et je Vous aime!

Je Vous demande pardon pour ceux qui ne croient pas, qui n'adorent pas,

qui n'espèrent pas, qui ne Vous aiment pas. Très Sainte Trinité,

Père, Fils et Saint-Esprit, je Vous adore profondément,

et je Vous offre les très précieux Corps, Sang, Ame et Divinité

de Jésus-Christ présent dans tous les tabernacles de la terre,

en réparation des outrages, sacrilèges et indifférences

par lesquels il est lui-même offensé. Par les mérites infinis

de son Très saint Coeur et du Coeur Immaculé de Marie,

je Vous demande la conversion des pauvres pécheurs."

 

http://lh5.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RSgebvizI/AAAAAAAAAl0/3zuOmVU3Mic/s1024/SacredHeart-2.jpg

Partager cet article
Repost0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 13:30

Alors que sort un livre nauséabond d’Eric Frattini, professeur d’université italien, il importe de remettre les pendules à l’heure à propos des diverses accusation extravagantes sur le passé de notre Saint-Père bien aimé. Dans cet ouvrage, auquel je ne ferai pas l’honneur de citer son titre, le dit Eric Frattini fait mention de cette photo :

ratzinger_salutoromanook.jpg

…qui s’avère n’être qu’un grossier montage réalisé en découpant cette photo, comme l'a prouvé Andrea Tornielli sur son blogue Sacri palazzi :

http://blog.ilgiornale.it/tornielli/wp-content/photos/fotoIntera2ok.jpg

 

Outre l’idiotie d’une telle accusation, ce montage est anachronique, puisque l’Abbé Ratzinger, en vêtements sacerdotaux ici, n’a été ordonné qu’en  1951. De fait, la photo représente les Abbés Ratzinger, Joseph et Georges, bénissant à la fin de la Messe les fidèles de la paroisse St. Oswald à Traunstein, un jour après leur ordination à Freising le 29 Juin 1951.

 

M. Frattini, pour un professeur d’université, me parait donc un peu léger quand à sa recherche documentaire, à moins que cette erreur soit intentionnelle, ce qui n’est pas à écarter lorsqu’on connait la haine d’un certain monde de la culture pour la Religion.

Mais au-delà, cette photo témoigne de la haine, entretenue par les médias et la malveillance du quidam, contre notre Pape. Pourquoi tant de haine ? Parce que Benoit XVI, en véritable pasteur angélique, parcourt le monde, proclamant la vérité. Le monde déteste le Pape, car il ne veut point entendre la vérité, mais se complaire dans son amoralité, dans sa course effrénée aux plaisirs,  dans sa négation de la vie humaine. Au contraire ; ses oreilles le démangeant d’entendre, il cherche et recherche des prophètes le confirmant dans son idée. Oh, que la vérité est dérangeante quand, avec l’aide de la télévision, du canard local, on s’est fait son idée, la même que celle du voisin, de l’homme politique  qui parle dans la lucarne lumineuse, de l’intellectuel parisien, la pensée qu’il faut avoir pour être un « homme bien » dans le monde d’aujourd’hui. La vérité dérange, démange, car elle apporte une contradiction fondamentale à l’idéologie morbido-hédoniste régnante aujourd’hui, démontrant, pour peu qu’on accepte de laisser tomber ses écailles de ses yeux, sa totale fausseté et stérilité. Aujourd’hui comme aux premiers temps de la Chrétienté, le Christianisme est un scandale, ses fidèles calomniés, persécutés, et leur chef attaqué de toute part. Nous Chrétiens, affirmons tranquillement notre Foi à la face du monde, ne la mettons pas sous le boisseau, mais sur le pied de lampe. Ne traitons pas avec ceux qui veulent la disparition de la Foi, de peur que notre Foi, comme celle de tant d’autres qui ont suivie ce chemin, ne vacille et s’éteigne. Restons unis, entre nous et avec notre Pape : ne divisons point l’Église du Seigneur, car toute maison divisée contre elle-même périra.

Le Chrétien a des ressources que le monde ignore, il peut s’appuyer sur le Seigneur et les souffrances qu’Il a endurées pour le salut des hommes, l’intercession de la Très Sainte Vierge Marie, la Communion des Saints, le sang des Martyrs, et les Sacrements de l’Église notre mère. Gardons courage, et avec amour, évangélisons ce monde qui rejette le Christ.

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 00:34

En tout cas, au vu de la campagne publicitaire promouvant les festivités et commémorations du  150è anniversaire du rattachement du Comté de Nice à la France, on peut se poser certaines questions :

Image (5) 

 

L’Article II de notre Constitution dispose : La langue de la République est le français. Alors, Nice, anglaise, américaine ?

Il est regrettable que la promotion d’un évènement national, qui devrait faire appel au patriotisme des français, et à leur sentiment national si souvent méprisé, se fasse dans une langue étrangère.

Certes, on peut se dire « tout le monde comprend »… Et si ce n’était pas le cas ? Voyez-vous, le niveau général en anglais des français n’est pas des meilleurs, et beaucoup de nos concitoyens les plus âgés n’ont pas étudié l’anglais, mais l’allemand, le russe, l’italien… à l’école. Le jeu de mot, que l’on peut qualifier de vaseux (et surtout de déjà fait : souvenez-vous de la nauséabonde émission « Nice people ») ne facilite pas la compréhension générale.

Pourquoi l’anglais alors ? C’est malheureusement devenu un automatisme dans les agences de publicité, entraînées aux techniques anglo-saxonnes. L’important est le slogan, qui passe toujours mieux dans cette langue agglutinante qu’est l’anglais, qui connaît peu de prépositions, de conjonctions de coordination etc.…  Le contenu ne compte plus vraiment, ce qui compte c’est d’attirer l’attention et de faire sourire, non plus de faire passer un message, mais une émotion.

Enfin, et c’est peut-être le fondement le plus proéminent de l’usage de l’anglais pour cette campagne, la langue française est déconsidérée, démodée, aussi absurde que cela paraisse pour une langue nationale. C’est un fait dont les tenants et les aboutissants seront peut-être repris postérieurement ici, mais qui en deux mots tient à la fois à l’invasion de la sous-culture de masse américaine, et au dégoût de la France qu’ont une large partie de nos élites, ce qui est aussi un sujet d’intérêt à traiter.

 

On ne peut que regretter que même nos célébrations nationales les plus fondamentales, celles qui touchent au territoire national et à sa mystique, et qui ont naturellement un fort écho dans les cœurs du  peuple français, passent à la même moulinette de la mercatique (« marketing ») que la publicité pour la lessive.

 

Nice et la France : rétrospective et commémorations

522px-County of nice.svg 

Il suffit de consulter une encyclopédie pour savoir que le conté de Nice (appellation commode pour ce qui est en fait constitués des comtés de Nice, Tende, etc.…) a longtemps fait l’objet de disputes entre les couronnes savoyarde et provençale, puis française. Après avoir été français sous les divers régimes républicains révolutionnaires, et le Premier Empire, le comté redevient piémontais. La cession définitive de ces terres à la France s’est faite, ce qui n’est que rarement souligné, en deux fois.

La première partie du comté, la plus conséquente devint française à l’issue du traité de Turin du 24 Mars 1860 entre l’Empereur Napoléon III et le roi du Piémont-Sardaigne Victor-Emmanuel II. Cette cession a été interprétée comme la contrepartie de l’effort consenti par l’Empire français pour chasser les autrichiens des Alpes du Sud et concourir à l’unité italienne, cela est vrai, mais il serait fautif de ne pas mentionner le désir véritable des populations du comté, francophones, d’être réunies à la Nation française. C’est ce désir qui se concrétisera lors du plébiscite des 15 et 17 Avril 1860.

La frontière ainsi crée étant difficilement défendable par la France, et ayant par la suite facilitée l’invasion du Sud-est par l’Italie fasciste, le Traité de Paris de 1947 disposera la cession des communes de Brigue et Tende par l’Italie à la France, dispositions ratifiées par référendum.

Le rattachement définitif du comté de Nice à la France, auquel est adjoint l’arrondissement de Grâce du département du Var, recrée un département révolutionnaire, les Alpes-Maritimes, qui est également une ancienne province romaine, les Alpes Maritimæ.

Le rattachement en lui-même a fait l’objet dans les Alpes-Maritimes de bien moins de polémiques qu’en Savoie, hormis peut-être la substitution du vocable « rattachement » à celui d’ « annexion ».

                La commémoration du rattachement fut célébrée une première fois en 1960, sans intrusion aucune de la langue anglaise dans nos célébrations nationales, et fut l’occasion de l’érection du monument du centenaire, de l’émission d’un timbre, d’une médaille…

 

Nike_-_Nice-monument-du-centenaire.jpg        Rattachement_Nice_France_GF.jpg      medaille_savoie.jpg

 

                 Ce sommes-toutes récent agrandissement du territoire national pose incidemment la question de la formation, de l’identité française. Car, en effet,  l’Algérie, la Guadeloupe, bien que située sur d’autres continents sont (était, pour l’Algérie) françaises depuis plus longtemps que Nice. C’est que l’identité française se comprend selon les conceptions de l’historien Fustel de Coulanges : la participation à la Nation n’est pas fondée sur l’ethnie, mais sur la volonté et la communion nationale. Encore faut-il que la politique ne mette pas à mal cette communion nationale, comme cela est arrivé en Algérie de par l’action de groupes extrémistes, et l’attitude légère du Général de Gaulle.

En ces temps où le peuple français est parfois brimé dans son sentiment national, parfois amené à renier sa patrie par certains censeurs moraux internationalistes, où des minorités veulent imposer une manière de vivre et de penser profondément étrangère à la France, se souvenir du rattachement de Nice et de la Savoie à la patrie ne peut que nous en apprendre bien plus sur nous même, le peuple français, et sur notre patrie que n’importe quel débat sur l’« identité nationale ».

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fides et Ratio
  • : L'humeur d'un cérémoniaire du dimanche... Sujets de fond et sautes de caractère.
  • Contact

le-pape-francois-humble-concret-photo-afp.jpg

Une-femme-se-jette-sur-le-Pape-Benoit-XVI_mode_une.jpg

61012052eucharistie-jpg.jpg

BenXVI.png

http://img233.imageshack.us/img233/5931/coeurquibat3rg6.gif

http://static.skynetblogs.be/media/148315/dyn006_original_350_277_gif_2571946_9210c9e266a96ee2eb5cd0d80b092d78.gif

http://i.ytimg.com/vi/qQm5tItsFTM/0.jpg

http://3.bp.blogspot.com/_RNdGJLNyEVY/SgMl9hBT4HI/AAAAAAAAALo/nmXsaxSs_ks/s320/avortement3.jpg

Rechercher

 

Approximativement 46 millions d'avortements ont lieu dans le monde chaque année.

Ce compteur donne une idée du nombre de petites vies interrompues depuis le 1er Janvier.

Requiem aeternam dona ei Domine et lux perpetua luceat eis.

Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous.

trinite_roublev-copie-1.jpg

ms-5.jpg

http://www.abbaye-champagne.com/themes/activites/centre/chancelade/2010/elements/cure-ars.jpg

http://2.bp.blogspot.com/_O6K_h61str8/S1e1pUmr4fI/AAAAAAAAB6I/HStaJjAdSII/s640/escriva.jpg

http://www.peintre-icones.fr/IMAGES/ICONESCALENDRIER/Mars/PerpetueFelicite.jpg

Compiegne.png

http://www.diariobuenosaires.com.ar/images/sueno-don-bosco.jpg

Santa_Clotilde_G.jpg

Louis-XVI-St-Denis.jpg

arc-259x300.jpg

francis-de-sales-1-sized.jpg

http://saints.sqpn.com/wp-content/gallery/saint-martin-of-tours/saint-martin-of-tours-00.jpg

Pope_Benedict_XVI__Sketch1__w.jpg

Compteur gratuit

Visiteurs depuis Novembre 2010

free counters

Visiteurs par pays depuis Novembre 2010