Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 14:47
Saint Josémaria, priez pour nous.

http://lh3.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RSq1EPhnI/AAAAAAAAAmo/LuF93MyNXVM/s1024/ChristusRex-judge.jpg
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2010 6 06 /11 /novembre /2010 15:17

Avant-hier, le Parlement régional de l’oblast de Kaliningrad (ancienne Prusse Orientale) a finalisé le don de 15 bâtiments, d’anciennes églises confisquées par l’État communiste, à l’Église Orthodoxe Russe. Quoi de mal ? Eh bien, ces églises n’ont jamais été Orthodoxes, il s’agit d’anciens bâtiments Luthériens et Catholiques. L’injustice est criante, d’autant que les Catholiques de Prusse Orientale demandaient leurs bâtiments depuis plus de 20 ans, sans recevoir satisfaction. Il a pourtant suffit que les lobbyistes orthodoxes s’activent quelques mois pour que ces bâtiments, dont le gouvernement régional prétendait avoir bien trop besoin pour les rendre à l’Église Catholique, soient donnés aux Pravoslaves sans consultation d’aucune sorte avec les propriétaires originaux. L’église qui manifeste le plus cette injustice est la grande et belle église de la Sainte Famille de Kaliningrad, actuellement salle de concert.

Bien évidemment, tout ce pataquès a entrainé l’indignation de Mgr. Pavel Pezzi, Archevêque latin de Moscou qui va saisir tous les moyens dont il dispose pour faire annuler cette Loi régionale, mais sans la certitude d’être entendu.

S.E. Mgr. Pezzi, l’église de la Sainte Famille, le Patriarche Cyrille :

http://presbyter.ru/wp-content/uploads/2010/11/kaliningrad.jpg

Ce fait, anecdotique, mais arrivant à la suite d’autres témoigne de la malveillance des Orthodoxes envers les Catholiques, alors même qu’ils prétendent vouloir s’unir avec nous contre les idées néfastes du Monde. Il est également l’occasion de soumettre à mon lectorat cet article écrit le 28 Mai 2010, sous une forme étendue et mise à jour :

 

Les turpitudes de l’Église Orthodoxe envers les Catholiques

Au moment où de nombreux Anglicans vont entrer en pleine communion avec l’Église Catholique, nous ne pouvons que nous étonner, et ce légitimement que ce soit une communauté ecclésiale issue de la Réforme protestante qui soit la première « Église » séparée à faire ce geste historique au XXIe S. On se serait plutôt attendu à ce que ce soit les Orthodoxes, avec qui nous partageons les vrais Sacrements, et non pas des groupes ayant perdu depuis plus de 400 ans toute succession apostolique.

Cela est dû à une fausse appréciation de la réalité de la démarche des Églises Orthodoxes. Si de notre point de vue la fin du schisme de 1054 est proche, c’est parce que l’Église Catholique est tout à fait prête à y mettre fin. Ce n’est malheureusement pas le cas en face. Il ne faut pas s’abuser, les ouvertures de la part des Orthodoxes (on peut aussi les appeler Pravoslaves) sont minimes et souvent compensées par un abus envers les Catholiques dans un autre domaine.

Malgré l’élection d’un nouveau Patriarche à sa tête, et ce qui semble être une nouvelle ligne d’ouverture à Rome en paroles, l’Église Orthodoxe Russe est toujours en actes le porte drapeau de l’anticatholicisme oriental.


En effet, elle ne supporte pas la présence de l'importante minorité Catholique (qui dans les régions les plus occidentales sont en majorité) d'Ukraine et de Biélorussie. Pour l’anecdote, il y a quelques mois le Patriarcat de Moscou a déclaré qu'il était "inconvenant" que le Saint-Père se rende en Ukraine pour fêter le 600e anniversaire de l'érection de l'archidiocèse de Lviv des Latins (il y a aussi Lviv des Grecs).
La cathédrale latine de Lviv:
http://www.russia-ukraine-travel.com/image-files/lviv-latin-cathedral.jpg
C’est sans compter le dossier des églises Gréco-Catholiques confisquées par Staline, remises à l'Église Orthodoxe et jamais rendue aujourd'hui, l'absence totale de regret en ce qui concerne la collaboration complète des Orthodoxes dans l'éradication programmée des Églises Gréco-Catholiques de Biélorussie, de Russie (éradication réussie, il n'y a plus aucune éparchie ni exarchat de rite oriental en Biélorussie et en Russie) et en Ukraine (éradication "ratée", Dieu merci).

L'Église Orthodoxe russe a une relation particulière à la terre, elle considère (un peu comme l'islam de son côté, étonnement) qu'il y a une "terre d'Orthodoxie" (Idéalement toute l'ex-URSS) dont tous les habitants doivent être littéralement sous sa coupe, sans choix religieux possible, y compris pour ceux d'origine étrangère. C'était le métropolite de Mourmansk qui expliquait impavidement à Mgr. Pavel Pezzi, Archevêque de Moscou, que les Catholiques de la ville, ayant toute son attention spirituelle, n'avaient pas besoin de construire une église, mais devraient plutôt se joindre à leurs "frères" Orthodoxes à la Divine Liturgie du coin!
Plus concrètement, ce métropolite fraternel est très suspecté d'être intervenu auprès de la municipalité de Mourmansk pour faire cesser les travaux de l'église Catholique, et, n'y arrivant pas (elle était quasiment terminée), faire déclarer le bâtiment propriété de la municipalité, la communauté devant pour avoir le droit d'utiliser son bâtiment s'engager dans des procès sans fin.
L'église Catholique de Mourmansk:
http://2.bp.blogspot.com/_UE1HZJqmZ3o/RvNVI9YhBpI/AAAAAAAAAKs/hkruwZINh-A/s320/DSCN1406.JPG
On peut suspecter le Patriarche Cyrille, quoiqu'ouvert à Rome, de soutenir cette vision des choses, en allant, par exemple, célébrer le service religieux d'inauguration du mandat du président ukrainien Viktor Ianoukovitch, en refusant comme son prédécesseur toute autonomie à l'Église Orthodoxe Russe en Estonie (dont une partie a déjà fait schisme) et toute possibilité d'utiliser un estonien littéraire en lieu et place du slavon dans la liturgie. Les exemples d’abus et de persécutions résultant de l’impérialisme territorial de l’Église Orthodoxe Russe, non seulement envers les autres Églises Chrétiennes, mais aussi envers d’autres juridictions Orthodoxes sont légions.
Le Patriarche Cyrille et le président ukrainien Ianoukovitch:
http://orthodoxie.typepad.com/.a/6a00d83451c30d69e201310f3dda4e970c-320wi
De même, l'Église Pravoslave Russe attachée à toute terre soi-disant "russe" (vieux proverbe russe: "partout où l'homme russe a mis le pied, la terre est russe"), est également attachée à l'État russe dans un érastianisme assez malsain; le temps est revenu avec Poutine des églises où la rumeur publique dit qu'il ne faut pas se confesser, le Prêtre local "confessant les confessions" au FSB (remplaçant du KGB). La consultation de l’Église majoritaire dans un pays aux affaires de l’État n’est pas forcément une mauvaise chose, mais quand l’État ne peut rien refuser à une Église déterminée à s’imposer par la force aux minorités religieuses du pays, cela ne va plus. Le puissant lobby Orthodoxe, que ce soit en Russie ou ailleurs a rencontré beaucoup de succès, toutes ses revendication légitimes ayant été satisfaites, il se tourne maintenant vers d’autres revendication de nature à affaiblir l’égalité entre les citoyens des différentes religions.
Le Patriarche Cyrille avec Dimitri Medvedev et Vladimir Poutine:
http://www.rfi.fr/actufr/images/108/patriarche_poutine_medvedev432.jpg
Il faut mentionner, sans toutefois tomber dans le poncif léniniste, le réel obscurantisme de l'Église Orthodoxe, où dans certains courants influents la théologie serait tout simplement un mal et un péché, car cela consisterait à vouloir connaitre l'inconnaissable, et que nous devrions nous en tenir strictement en matière de connaissance de Dieu à ce que Lui-même nous a révélé par la Bible. De plus, il n'y a pas eu de "Concile de Trente Orthodoxe", et l'expression de la Foi reste donc assez floue (l'Église Orthodoxe n'a jamais définie aucune vérité de Foi sur le purgatoire, n'a jamais, contrairement à nous avec St Thomas d'Aquin, précisée sa doctrine de la Présence Réelle, par exemple...). Il n’y a aucun outil équivalent au Catéchisme de l’Église Catholique, c'est-à-dire accessible par le plus grand nombre. On trouve des traités de théologie, mais le quidam doit forcément aller voir un Prêtre s’il a une question sur sa Foi. C’est idiot, car le fait que les vérités de Fois ne soient pas mises à la disposition du fidèle de base empêche au mieux celui-ci de grandir spirituellement autant qu’il le pourrait, au pire le rend très réceptif au prosélytisme protestant.

Enfin, il y a l'attachement forcené au "qui cum patre procedit", le filioque étant toujours appelé l'"erreur romaine", et le Pape, souvent considéré comme l'antéchrist, comme un Père Abbé du Mont-Athos l'a encore récemment déclaré. Dans ce contexte, évoquer une possible acceptation de la primauté pontificale est tout simplement grotesque, malgré tout les documents qui pourraient fuiter du Conseil Pontifical pour l’Unité des Chrétiens, malgré tous les accords sur ce que le statut de la Papauté était au premier millénaire.

 

Pour résumer, le grand problème du dialogue actuel Catholiques-Orthodoxes (qui peut le faire ressembler à un dialogue de sourds) est le manque de réciprocité. L’Église Catholique adopte une attitude ouverte et amicale que les communautés Orthodoxes sont incapables ne serait-ce que d’accueillir, sans parler de reproduire. Les exemples sont légion, qu’il s’agisse de la tolérance de l’autre Église sur son territoire traditionnel, de la reconnaissance mutuelle des sacrements (les Orthodoxes rebaptisent parfois les Catholique, au mépris non seulement de notre Église, mais aussi du sacrement donné par le Christ), de la reconnaissance de la pureté de la doctrine (si nous reconnaissons les Orthodoxes comme croyant les mêmes Vérité que nous, eux nous considèrent comme hétérodoxes, schismatiques et hérétiques), et même simplement des petits gestes d’ouverture : le métropolite Hilarion de Volokolamsk a au mois de Juin effectué un voyage en Italie où il a pu célébrer la Messe selon son rite sur les Autels majeurs de plusieurs églises importantes, comme St Apollinaire de Ravenne. Il est tout à fait illusoire d’espérer le même genre de gestes à l’égard d’Évêques-diplomates Catholiques que ce soit en Russie, en Grèce ou ailleurs.

Je suis le premier à lutter contre la tyrannie de la repentance, mais si l'Église Orthodoxe est toujours intolérante à ce point et ne reconnait pas ses fautes passées (fautes issues comme chacun le sait du la désunion d'avec le trône de Pierre, source de tous maux dans les Églises locales tombées dans le schisme), malgré toute la bonne volonté du Pape, ce seront les laïcs et les ecclésiastiques Catholiques de base en Ukraine, Biélorussie et Russie qui REFUSERONT d'entrer en communion avec ces Orthodoxes qui encore aujourd'hui détiennent leurs églises et veulent les voir disparaitre du pays. Bien loin de vouloir s'unir avec les Orthodoxes, les Catholiques ukrainiens soutiennent à 100% la volonté très clairement exprimée de Sa Béatitude Mgr. Lubomyr Husar, Archevêque Majeur de Kiev et Primat des Gréco-Catholiques d'Ukraine de se faire proclamer "Patriarche de Kiev et de Galicie" par le Pape (le déménagement déjà accompli du siège archiépiscopal majeur de Lviv à Kiev devant préparer cet évènement de nature à couper toute relations avec les Orthodoxes pour une bonne dizaine d'années si elle intervenait). Il pourrait d'ailleurs finir par se proclamer tel lui-même, ayant une certaine habitude de désobéissance: il avait en effet été à l'époque consacré Évêque par Sa Béatitude Mgr. Slippyi pour le service des ukrainiens d'Amérique contre la volonté du Pape Paul VI.
Sa Béatitude Mgr. Husar:
http://www.walter-wawruck.com/Hubbard/CardinalHusar.jpg
Il ne faut donc pas se voiler la face (ce serait peu Chrétien), il reste beaucoup de chemin à faire vers la communion complète. De plus, cette exaltation alors qu'un rapprochement a lieu pourrait nous inciter à cesser (nous l'avons déjà en grande partie fait) de montrer aux Orthodoxes quelles sont leurs erreurs, et que le chemin de l'unité passe par la tolérance du Catholicisme sur le terrain et l'acceptation de la Vérité proclamée par Rome dans de nombreux point théologique. Un peu d’humilité, de cette belle humilité que témoigne notre Pape Benoît XVI, je vous prie, Messeigneurs les Patriarches et Métropolites Orthodoxes !

 

http://lh4.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RSiFmz_JI/AAAAAAAAAmA/nwil2ivqWXM/Benedicamus-3..jpg

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2010 2 02 /11 /novembre /2010 13:31

Par Billy Wunner pour CNN, traduction Louis-Marie

 

http://www.eglise-orthodoxe.be/Z-Oecumenisch%20Patriarchaat/Patr.%20Bartholomeos.jpg

 

Le Patriarche Œcuménique Bartolomé, 270e Patriarche de Constantinople, est le successeur direct de Saint André. Premier parmi ses pairs, il est à la tête des Églises Orthodoxes comptant 250 millions de fidèles dans le monde. Mais peu se trouvent dans le pays où il réside, la Turquie.

« Nous sommes une petite communauté Chrétienne, nous avons souffert des confrontations gréco-turques et d’un manque de confiance en nous-mêmes. C’est pour ça que nous avons perdu la plupart de nos ouailles » se lamente le Patriarche.

La communauté grecque de Turquie, autrefois florissante, est en train de s’étioler rapidement. Le pays est en effet très majoritairement musulman, et le gouvernement laïc a de mauvaises relations avec le Patriarcat. Si les lois turques, la démographie et certaines attitudes ne changent pas, Bartolomé pourrait être le dernier Patriarche de Constantinople.

« Nous ne sommes pas désespérés par les menaces sur le futur de l’Église. Ce futur ne sera pas facile, mais il n’est pas impossible » déclare Bartolomé Ier.

Le gouvernement turc peut mettre son véto à l’élection de tout candidat au Patriarcat. En effet, pour y accéder il faut être de nationalité turque, ce qu’est Bartolomé Ier, mais pas ceux qui seraient le mieux à même de lui succéder. Le gouvernement turc a proposé d’offrir cette nationalité à des Archevêques Orthodoxes étrangers. À la suite de cette offre, plusieurs se sont porté candidats, mais finalement aucun n’a été naturalisé.

Le gouvernement refuse également de reconnaître la fonction de Patriarche Œcuménique, comme son rôle de primat des Église Orthodoxes. Officiellement, il n’est qu’un Évêque local, dirigeant une communauté en voie de disparition de quelques milliers d’Orthodoxes grecs.

Yorgos Stephanopoulos est l’un d’entre eux : « Nous étions une minorité en Turquie, nous sommes maintenant une curiosité ».

Stephanopoulos est l’un des représentants de la communauté grecque d’Istanbul. Il y a un demi-siècle, ils étaient plus de 100 000. Aujourd’hui, ils sont probablement moins de 3000.

Pour lui, ce déclin n’est pas naturel. Il blâme en effet le gouvernement turc d’avoir depuis des décennies visé les grecs avec des politiques d’homogénéisation ethnique, comme des taxes particulières, des saisies de propriétés, et des campagnes promouvant la langue turque comme seul moyen d’expression en public. Il y eut même un pogrom en 1955, avec des émeutes anti-grecques, violences évidemment organisées par les autorités.

Le résultat est que les grecs ont quittés Istanbul. Pour Stephanopoulos, « le gouvernement turc a réussi ce que l’on peut appeler un nettoyage ethnique sans effusion de sang ». Aujourd’hui, le gouvernement turc prétend que ces évènements relèvent d’un lointain passé, et qu’il recherche la réconciliation.

D’après Egemen Bagis, ministre des affaires européennes, « La Turquie traverse une période de transition. Elle se mue en une société de plus en plus démocratique, prospère et transparente ».

Cependant, l’État n’a jamais autorisé la réouverture du principal séminaire du Patriarcat. Depuis des siècles, le séminaire de Halki avait été l’alma mater des futurs Évêques Grecs-Orthodoxes, jusqu’à ce que la cour suprême ordonne sa fermeture en 1971. Il est depuis vide, au grand désespoir de ses anciens élèves, comme le théologien Satirios Varnalidis.

« Nous voulons rouvrir ce séminaire, de façon à fournir de nouveaux Prêtres au Patriarcat Œcuménique. Sans cela, notre petite communauté finira par ne plus en avoir » nous dit Varnalidis.

Depuis de nombreuses années le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a évoqué la réouverture du séminaire, et le ministre Bagis insiste sur le fait que le gouvernement travaille sur cette hypothèse.

Malgré ce sombre tableau général, le Patriarche Bartolomé tient à souligner certains signes positifs pouvant faire espérer la survie de son Église. « Nous avons beaucoup de jeunes gens de Grèce venant s’installer ici, nous dit-il. Le courant d’immigration a changé de sens ».

Haris Rigas fait partie de ces jeunes immigrants, qui sont le plus grand espoir de la communauté grecque d’Istanbul. Pour lui « Dès ma première minute ici, je suis tombé amoureux de cette ville et je me suis dit que je devais y vivre ».

Rigas a étudié la communauté grecque locale, et il est musicien de rembetiko, un type de musique traditionnelle et populaire. Il pense que « le seul moyen de survie de la communauté grecque est d’atteindre un certain degré de visibilité. Nous avons joué un rôle majeur dans cette ville pendant des siècles, et nous devrions continuer ».

En Septembre, un pas vers la réconciliation entre le gouvernement turc et le Patriarcat a été fait : Des milliers d’Orthodoxes ont assisté le 15 Août à une Divine Liturgie célébrée par leur Patriarche au monastère de Sumela, au bord de la mer Noire. C’était la première fois qu’un culte Chrétien était célébré en ce lieu depuis plus de 80 ans.

Mais même si de nouveaux arrivants fortifient la communauté grecque d’Istanbul, beaucoup craignent que le Patriarcat disparaisse bientôt, cela à cause des chiffres et de l’hostilité à peine déguisée du gouvernement turc.

Pourtant, le Patriarche Bartolomé refuse cette possibilité : « Ce n’est pas possible. Nous faisons confiance à la Providence Divine, et à l’assurance que Notre Seigneur Lui-même nous a donné que l’Église survivra. C’est notre Foi, notre conviction, notre espoir, nos prières. Tout le reste, nous le laissons dans les mains de Dieu. »

 

Le Patriarche visite l'ex-île grecque d'Imbros

http://lh4.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RTNAJ3-eI/AAAAAAAAAps/CbwITcxCE10/s1024/OmniSancti-bot.jpg

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 20:35
Saint Josémaria nous parle du travail. Nous aurons la joie de l'avoir sur ce modeste blogue une fois la semaine.
Saint Josémaria, priez pour nous.
http://www.catholique-chinois.fr/images/vie_jesus/vignette/Joseph_atelier.jpg
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 13:34

http://3.bp.blogspot.com/_Noz6LLRH0_g/SwGJYKj3RhI/AAAAAAAABy8/rmbK3be6ZTI/s400/Mons_Bartolucci.jpg

Mgr. Domenico Bartolucci, maitre de chapelle émérite de la chapelle Sixtine va être créé cardinal le 20 Novembre 2010. C’est une très bonne nouvelle, car ce digne prélat est un très grand musicien, directeur et compositeur de renom, et également un grand intellectuel. De plus, c’est une figure qui a connu tous les états de l’Église dans les dernières décennies : pensez qu’il à été nommé à la Sixtine par le Pape Pie XII en 1956 ! Quelques jours après l’annonce de la nomination de M. Massimo Palombella (que Sandro Magister tient pour mauvais musicien), successeur de Mgr. Giuseppe Liberto, lui-même successeur de Mgr. Bartolucci, cela peut être perçu comme une directive subtile donnée par le Pape en matière de musique sacrée. En effet, rendre cet honneur à l’ancien maitre de chapelle, c’est non seulement un acte d’amitié, de cette amitié qui a depuis longtemps unis Mgr. Bartolucci et le Cardinal Ratzinger, puis Benoît XVI, mais aussi une prise de position en faveur de la vision claire et sans concession du nouveau cardinal de la position de la musique dans l’Église d’aujourd’hui.

Rappelons-nous du discours du Saint-Père en 2006, à l’issue d’un concert dirigé par Mgr. Bartolucci :

 

« Les divers morceaux que nous venons d'entendre qui constituent un ensemble entre le XVI et le XX siècle, confirment la conviction selon laquelle la polyphonie religieuse, et celle de l'École Romaine tout particulièrement, sont un héritage à conserver avec soin, à faire vivre et à diffuser au bénéfice de la communauté ecclésiale toute entière et non des seuls chercheurs et amateurs. Il s'agit en effet d'un patrimoine spirituel, artistique et culturel d'une valeur inestimable.
Un aggiornamento authentique de la musique liturgique ne peut avoir lieu que dans le sillage de la grande tradition du passé, du chant grégorien et de la polyphonie sacrée, a encore affirmé le pape Benoît XVI. Dans ce sens, selon lui, la communauté a toujours promu et soutenu ceux qui recherchent des nouvelles voies expressives sans renier le passé, l'histoire de l'esprit humain qui est celle de son dialogue avec Dieu.

Enfin, Benoît XVI a souligné que Mgr.Bartolucci (89 ans) a sans cesse cherché à mettre en valeur le chant liturgique, y compris comme véhicule d'évangélisation. Par le biais d’innombrables concerts de par le monde, la chapelle musicale pontificale, dirigée par le Maestro, a coopéré par le langage universel qu'est l'art à la mission même des Papes, qui est de diffuser le message chrétien. Et la Sixtine continue cette œuvre sous la direction de Mgr.Giusppe Liberto ».

 

Je vous renvoie également vers ce très instructif entretien publié sur le blogue Disputationes Theologicae.

http://harmoniaevocis.interfree.it/images/Bartcorochiaro.jpg

De la très belle musique:

 

Domenico Bartolucci, O Sacrum Convium, Maitrise de la Chapelle Sixtine, dirigée par Mgr. Giuseppe Liberto:

 

Domenico Bartolucci, Ego dilecte me, Maitrise de la Chapelle Sixtine dirigée par Mgr. Marco Pavan:

Domenico Bartolucci, Ave Maria, dirigé par le compositeur: 
Domenico Bartolucci, Jubilate Deo, Orchestre et Choeur Rossini de Pesaro, dirigés par Simone Baiocchi:

 

http://uvcarmel.files.wordpress.com/2009/08/bartolucci1.jpg?w=274&h=400

Multo annos à Mgr. Bartolucci !

 

http://lh3.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S7Ye9w8J3VI/AAAAAAAABQE/-5RknoompYQ/benedicamus.JPG

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 15:51

http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/clark_guizhou.jpg

Par Anthony Clark, traduction Louis-Marie.

 

Aux XIXe S, d’intrépides missionnaires français des Missions Étrangères de Paris évangélisèrent la province méridionale du Guizhou, qui compta plus tard de nombreux Martyrs. A une heure de la capitale provinciale, Guiyang, se trouvent les tombes de quatre Saints chinois décapités en 1861 lors des persécutions des empereurs Qing.

Malgré ces nombreuses épreuves, l’Église a continué depuis trois siècles à propager l’Évangile dans le Guizhou, où elle est florissante.

 

http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/guizhou_map.gif

 

J’ai eu l’honneur d’obtenir trois audiences avec les trois Évêques de Guiyang lors de mon séjour de trois jours. Le premier que j’ai rencontré est l’Évêque officiel, Son Excellence Mgr. Anicet Wang Chongyi, 90 ans. Le second est Son Excellence Mgr. Augustin Hu Daguo, l’Évêque clandestin, 80 ans avec lequel j’eu un entretien privé. Enfin, le troisième fut Son Excellence Mgr. Paul Xiao Zejiang, jeune et récemment sacré, destiné à leur succéder. La situation des ouailles des trois Évêques est compliquée, mais ils la contrebalancent par une grande piété.

 

Lorsque les Catholiques étrangers imaginent la situation en Chine, ils se figurent une Église officielle surveillée à chaque instant par l’Association Catholique Patriotique, et tout à fait indépendante de Rome. Et dans leur vision, le clergé de l’Église clandestine fuie sans cesse le gouvernement, et ses fidèles pratiquent en secret dans des lieux discrets. En réalité, c’est une image d’Épinal. Dans la plupart des cas, les communautés appartenant aux Églises officielle ou clandestine ne sont guère différentes.

 

A Guiyang, l’Évêque « clandestin » vit de fait au palais épiscopal avec les deux autres reconnus par l’Association Patriotique. Les Évêques en communion avec le Saint-Père sont communément connus des fidèles, et lorsque c’est le cas, l’appartenance à l’Église patriotique ou souterraine importe peu.

Cependant les conditions d’exercice de l’apostolat diffèrent, les autorités persécutant les membres de l’Église clandestine, et leurs Évêques étant souvent arrêtés et maltraités. L’Évêque clandestin de Guiyang doit garder profil bas pour éviter cela. Bien que Mgr. Hu vive avec les autres Évêques, il doit transporter dans sa poche son anneau épiscopal, présent du Pape Jean-Paul II.

 

Ma première audience me fut accordée par Mgr. Anicet Wang Chongyi, un homme chaleureux et accueillant ordonné Prêtre en 1949. Nous avons pu parler en toute franchise dans une pièce fermée. Mgr. Wang me relata les persécutions menées à partir de 1949 (fondation de la République Populaire). Le nouveau gouvernement voyait toutes les religions comme des superstitions, et a donc tenté de les éradiquer. Ce fut une époque de grands dangers et de grandes souffrances pour les Chrétiens. Les Évêques et les Prêtres furent forcés de retourner à l’état laïc, et durant la Révolution Culturelle (1966-76) toutes les personnes consacrées furent arrêtées, ordonnées d’apostasier, et souvent battues à mort. La Chine compte beaucoup de Saints qui moururent pour le Christ au cours de l’ère maoïste, mais ils sont désormais oubliés du monde car personne ne se souvient d’eux.

Mgr. Wang, à l’époque Prêtre, fut lui aussi arrêté et il lui fut intimé de renoncer à sa Foi. Refusant cela, il fut condamné aux travaux forcés. Il décrivit cette période comme étant pleine de souffrances extrêmes, et m’informa de ce qu’il connaissant personnellement beaucoup de Prêtres qui furent arrêtés, torturés et assassinés car refusant d’apostasier.

Pratiquer le Catholicisme pendant la période maoïste signifiait mettre sa vie en danger, et d’après Mgr. Wang : « Vous pouviez chercher partout et regarder avec une attention extrême, il était impossible de trouver ne serait-ce qu’un Catholique. Notre Foi était dissimulée dans nos cœurs, absolument invisible de l’extérieur. Durant des décennies, pas une Messe ne fut célébrée, pas un sacrement ne fut dispensé au grand jour en Chine. Les gens pensaient que l’Église était totalement détruite, et qu’elle n’existait plus. » L’Église fut spoliée par le gouvernement de tous ses biens, détruits ou assignés à d’autres usages.

 

http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/bishopwangchongyi.jpg

Mgr. Wang prêchant en la cathédrale de Guiyang.

 

La belle cathédrale de Guiyang fut terriblement maltraitée, sa tour guillotinée ne fut reconstruite qu’en 1982. « Les choses allèrent mieux pour l’Église en 1982, lorsque Deng Xiaoping prit le contrôle de l’État ». Mgr. Wang me dit que Deng promouvait la tolérance religieuse, bien que cela ne signifie pas une totale liberté pour les Catholiques. C’est en 1980 que l’autorisation d’exercer son culte fut rendue à l’Église, mais l’Association Patriotique surveille encore sourcilleusement le clergé.

 

La raison d’être de l’Association Catholique Patriotique est de maintenir l’Église en Chine séparée du Pape, et il fut interdit aux prêtres de mentionner le nom du Pape à la Messe ou dans quelqu’autre contexte. Les Évêques devaient être choisis « par le peuple », c'est-à-dire par le parti. « Bien que nous ayons été séparés du Saint-Père par le gouvernement, nous sommes restés unis à lui dans nos cœurs. Nous aurions été arrêtés et emprisonnés si nous avions mentionné le nom du Pape lors de la Messe. Au moment du cum famulo tuo Papa nostro, nous nous taisions donc, mentionnant le nom du Pape dans nos cœurs. Nous somme restés fidèles au Pape. » Concernant le choix des Évêques, Mgr. Wang me raconta que « Dans la plupart des cas, lorsque l’Association Patriotique propose l’onction épiscopale à un Prêtre que ses dirigeants ont choisi, celui-ci tente par divers de moyen de savoir si le Pape approuve ce choix, et si c’est le cas, le Prêtre en question accepte d’être sacré. Mais si Rome désapprouve, il décline alors. » Il y eut malgré tout des Prêtres pour accepter ce choix sans l’aval de Rome. Cependant, la communion avec le Pape est nécessaire pour se faire accepter des fidèles.

 

Au-delà des difficultés de l’exercice de responsabilités pastorales en Chine communiste, Mgr. Wang m’a assuré que la vie spirituelle des Catholiques chinois est pieuse, et de plus en plus libre des interventions du gouvernement. Il mit fin à cet entretien en me remettant un message écrit à faire parvenir au Saint-Père et me donnant sa bénédiction.

En sortant du salon de l’Évêque, je réalisai que pendant tout l’entretien l’Abbé Ma, directeur de la section locale de l’Association Patriotique, s’était tenu dans la pièce contigüe. Il y a plus de liberté qu’avant, mais l’œil du gouvernement reste fixé sur l’Église Catholique.

 

Le lendemain L’Abbé Liu, un Prêtre du diocèse, me fit rencontrer l’un des hommes les plus saints que j’aie jamais vu, l’Évêque clandestin Mgr. Augustin Hu Daguo. Lorsqu’on le rencontre pour la première fois, le regard ne peut qu’être attiré par le recroquevillement de son petit corps, et sa difficulté à se déplacer. J’appris plus tard que ses problèmes de santés étaient les séquelles de ses années d’emprisonnement et de torture dans les geôles socialistes. Mgr. Hu est communément appelé « le troisième Évêque de Guiyang », car, bien qu’il soit Évêque, l’annuaire officiel du diocèse ne le classe que comme Prêtre.

 

http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/aclark_hudaguo.jpg

Le Dr. Clark et Mgr. Hu.

 

Lorsque nous sommes entrés dans son humble chambre il était assis sur sa chaise et les premiers mots qu’il prononça furent « Grâces soient rendues à Dieu ». Il se mouvait doucement et ponctuait son discours de deux phrases, « Grâces soient rendues à Dieu » et «  Je suis profondément reconnaissant au Seigneur pour Son aide ». Alors que je questionnais Mgr. Hu à propos de sa vie de Prêtre de l’Église clandestine, et même lorsque nous parlions de ses années de prison et des tortures qu’il a enduré, il souriait, riait, et remerciait Dieu pour Son aide. Il était entré au séminaire dans les années 40, et fut ordonné Prêtre en 1950. Durant la Révolution Culturelle, il fut arrêté par 300 gardes rouges et humilié devant une foule immense. Un long bonnet de papier blanc fut placé sur sa tête, il fut battu, et il lui fut ordonné d’apostasier, ce qu’il refusa. Il fut ensuite emprisonné.

 

Mgr. Hu me raconta ses années d’emprisonnement sans une nuance d’amertume ou de regret. Il demeura en prison pendant plus de 20 ans, privé des Sacrements et de tout objet de piété. Il utilisait ses doigts pour prier le chapelet, et resta fidèle au Pape malgré toutes les pressions qui furent exercées sur lui. Il y eu quatre méthodes employées dans le but de le faire quitter la foi. Premièrement, il eut à endurer des leçons quotidiennes de pensée marxiste : « ils utilisèrent ce moyen pour tenter de me laver le cerveau ». Deuxièmement, les autorités embauchèrent une jolie jeune femme et tentèrent de forcer l’Abbé Hu à l’épouser. Troisièmement ils lui offrirent un travail honorable et très bien payé, et quatrièmement, il fut battu et maltraité, ce qui le laissa pratiquement paralysé des jambes et causa ce recroquevillement de son corps. Aucune de ces méthodes ne porta de fruits. Lorsque je dis à Mgr. Hu que je l’admirais pour tout son courage, il me rétorqua qu’il fallait « admirer Dieu » et non lui-même.

 

Après avoir parlé de la vie de Mgr. Hu sous la Révolution Culturelle, nous abordâmes sa situation actuelle d’Évêque clandestin. J’appris que si plus d’un petit nombre de personnes lui rendent visite, ou s’il attire l’attention, la police vient et le maltraite. De fait, l’Abbé Liu me raconta les visites de la police chez l’Évêque. Mgr. Hu mit fin à l’entretien sur des remarques à propos du communisme : il me fit remarquer que le parti est mauvais par nature, et qu’il n’y a aucune place pour de l’optimisme concernant les relations entre lui et l’Église. Il est clair que ce commentaire signifiait que l’Association Catholique Patriotique a une influence corruptrice sur l’Église en Chine.

 

A la fin de notre entretien Mgr. Hu demanda son étole, une vieille étole usée à la couleur violette passée, l’embrassa et la plaça sur ses épaules. Nous nous sommes agenouillés pour recevoir sa bénédiction, puis il demanda à l’Abbé Liu sa bénédiction en s’agenouillant humblement devant le jeune Prêtre.

 

Lors de mon dernier jour à Guiyang j’ai pu obtenir une brève audience de Mgr. Paul Xiao Zejiang, 41 ans et récemment sacré. Il a étudié la théologie auprès d’un jésuite au séminaire de Sheshan à Shanghai. Nous avons pu parler librement du problème des Évêques sacrés sans l’aval de Rome, et dont la position dans l’Église reste instable. Lui-même fut sacré avec un mandat pontifical, et son anneau épiscopal est un cadeau du Pape Benoît XVI. De fait, certains Prêtres sont soumis à de fortes pressions pour qu’ils acceptent le sacre. Ils sont ordonnés validement, mais leur communion avec Rome est remise en cause. La plupart du temps les autorités choisissent de jeunes Prêtres inexpérimentés, pensant qu’ils pourront plus facilement les influencer. Mais Mgr. Xiao m’assura avec candeur qu’en réalité ils sont tout autant désireux de proclamer l’Évangile et d’obéir à l’Église. Les circonstances présentes demeurent problématiques, et tant que l’Église n’aura pas toute liberté, le parti tentera toujours d’influer sur le choix des Évêques. Je reçus la bénédiction de Mgr. Xiao et l’abbé Liu me raccompagna.

 

Beaucoup de Catholiques se rendent sur les tombes des quatre Saints martyrisés sous la dynastie Qing afin de les vénérer malgré l’interdiction gouvernementale d’entrer sur le site. Ces Martyrs demeurent de poignants exemples de sacrifice dans un pays toujours hostile à l’Église et à l’Évangile.

En traversant Guiyang avec l’Abbé Liu, nous parlions de la dévotion mariale particulièrement forte en Chine. Dans la cathédrale il y a une grande bannière sur lequel est écrit « Notre-Dame de Chine, source de notre joie, priez pour nous ». Après chaque Messe, les fidèles restent dans les églises pour rendre grâce par de mélodieuses litanies et des prières à la Vierge Marie.

 

Addendum en date du 18 Février 2011: Mgr. Augustin Hu Daguo a rejoint la maison du père hier à 2H du matin. Requiem aeternam, dona eis Domine.

 

http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/martyrs_qingyanzhen.jpg

La tombe des quatre Martyrs de Qingyanzhen.


 http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/guiyang_cath_back.jpg
Le chevet de la cathédrale de Guiyang.

 http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/guiyang_cath_front.jpg
La façade de la cathédrale de Guiyang.

 http://www.ignatiusinsight.com/images/featureart1/oct2008/prayers_guiyang.jpg
Les prières Léonines après la Messe à la cathédrale de Guiyang.

 

http://lh3.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RSLotoiqI/AAAAAAAAAkU/3ghUMvHPRb4/s912/IHS-2.jpg

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 00:50

Sur le Forum Catholique, une discussion de quelques messages a traité des Messes de masse, et de savoir si elles étaient souhaitables ou pas. C’est une question intéressante en ce que ces grandes Messes, suivies par plusieurs milliers ou même parfois millions de personnes, sont une relative nouveauté. Le précédent le plus ancien connu est sans doute la fête de la fédération, où Mgr. Talleyrand, Évêque d’Autun célébra devant une foule de plus de 100 000 personnes. Mais l’on ne vit ce genre d’évènement se répandre qu’à la fin du XIXe siècle, dans le cadre des congrès Eucharistiques, dont le premier de dimension internationale eut lieu en 1881 à Lille.  En 1890 à Anvers, 150 000 personnes suivirent la Messe et la Bénédiction.

Il est possible de trouver dans les archives télévisuelles de petits films en noir et blanc des congrès tenus dans les années 20 à 50, avant la réforme liturgique. Ces images sont d’un haut intérêt en ce qu’elles permettent de comprendre l’organisation de tels évènements à une époque où le respect du Saint-Sacrement était beaucoup plus important qu’aujourd’hui.

 

Chicago 1926 :

 

Carthage 1930:

 

Manille 1930:

 

Dublin 1932:

 

Melbourne 1935:

 

Nancy 1949:

 

 

Maintenant qu’il est établi que de telles Messes de grande ampleur ont eu lieu dès la fin du XIXe S., il faut se demander si de tels évènements sont souhaitables. Comme le disait Nemo, un « liseur » du Forum Catholique,  « La Messe n'a jamais été conçue comme un show mais comme, entre autres, le rassemblement d'une communauté autour de son pasteur ». Certes, et bien sûr il ne faut pas que tous les dimanches de telles Messes de milliers de personnes aient lieu, nous ne sommes pas des télévangélistes protestants. Mais, dans des circonstances exceptionnelles comme les voyages pontificaux ou les congrès de diverses natures, je pense qu’il faut que des Messes de masse se tiennent. En effet, ces Messes permettent de ressentir physiquement la nature universelle de l’Église, et la Communion que tous les hommes de toutes les races trouvent en elle. Elles permettent également de rappeler, dans le cadre des congrès Eucharistiques, que L’Eucharistie est " source et sommet de toute la vie chrétienne " (Catéchisme). Par ces Messes, le Pape peut, lors de ses voyages, prêcher et célébrer devant des millions de personnes. Les gens que le Pape vient voir souvent n’ont pas les moyens de se rendre à Rome, et participer à une Messe célébrée par lui, l’entendre prêcher est assurément un grand soutien spirituel, et un grand évènement de foi pour eux. Enfin, dans un monde qui rejette fortement le Christianisme, voir que la Messe attire des millions de personnes encourage les fidèles, et édifie les ennemis de la Foi.

Il est vrai que ces célébrations peuvent facilement tomber dans l’hystérie collective, ou pire dans le culte de la personnalité, comme cela a pu arriver en quelque occasion sous le pontificat du Pape Jean-Paul II. Mais ces erreurs ne sont pas une raison suffisante pour jeter l’anathème sur les Messes de masse. Notre Saint-Père Benoît XVI, personne dont le charisme, tout aussi grand, s’exerce d’une manière totalement différente de celui de son prédécesseur a su leur rendre une dimension hautement spirituelle et priante, comme cela s’est vu lors de son récent voyage au Royaume-Uni (Je pense surtout à la Messe écossaise). Le Pape s’inspire assurément de l’ars celebrandi des Messe de masses célébrées avant la réforme liturgique, laissant de la place au silence, au recueillement, à l’adoration du Seigneur qui accompli sous nos yeux le Sacrifice de la Croix, unique et sans cesse renouvelé.

Pour conclure, la Messe traditionnelle peut très bien s'adapter à ce genre de situations. Et on pourrait même refaire ce genre de choses, si tous les membres français des instituts et fraternités traditionnalistes suivaient la même Messe dans le même lieu... Ce qui n'est pas près d'arriver, j’en conviens. Mais une action spectaculaire de ce genre montrerait à ses opposants la force de la tradition, et à nos épiscopes que nous sommes nombreux. 

 

http://lh5.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RS6SnrQ5I/AAAAAAAAAn8/2ppngWzj8gI/s1024/Mass-AllSouls.jpg

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 21:34

Où est la charité ? Où est l’amour ?

Depuis Novembre 2007, la communauté traditionnelle de la Fraternité Saint Pie X à Amiens est sans autre lieu de culte que le pavé, ou bien des lieux sommairement aménagés.  Situation ubuesque s’il en est ! Car, chacun sait qu’il y a à Amiens de nombreuses églises désaffectées, où aucune Messe n’est célébrée même occasionnellement le Dimanche matin.  Seulement l’antistite Jean-Luc s’oppose à tout prêt ou mise à disposition d’un lieu de culte à des Catholiques. Malgré les propositions du curé de la cathédrale (qui ouvrit un jour de grand froid les portes de Notre Dame d’Amiens, grâce lui en soit rendue) et d’un ordre religieux, rien n’a pu se faire, faut d’aval épiscopal.

 On pourrait arguer sans fin de la situation exceptionnelle en regard du droit canon de ce groupe, le droit n’a jamais empêché la charité. Car c’est un manque de charité, tout d’abord. Cet Évêque qui a fourni aux Orthodoxes comme aux protestants des lieux de culte le refuse à ses propres ouailles ! De plus, ce refus obstiné est tout à fait contraire et à l’esprit d’ouverture démontré par le Saint-Père Benoît XVI, et aux orientations qu’ont prises ses frères dans l’épiscopat, qu’il s’agisse des Mgrs. de Tarbes, de Toulouse, ou encore de Bayeux qui ce mois-ci ouvre sa cathédrale de Lisieux au pèlerinage de la FSSPX.

Alors que la courageuse communauté planifie de construire une église et prie actuellement dans une chapelle de fortune, il convient de rappeler que les cœurs ne sont pas encore ouverts totalement dans l’Église qui est en France. Il s’agit des même cœurs qui par une certaine nuit, en Judée, dans la ville de Bethléem, ont refusé d’héberger une mère de famille sur le point d’enfanter et son mari exténués par un long voyage.

Oremus pro antistite nostro Johanem Lucam. Stet et pascat, in fortitudine tua, Domine, in sublimitate nominis tui.

 

 

 
L'Abbé Sylvain Lammerand célèbre la Messe en la chapelle provisoire de la FSSPX à Amiens ce Dimanche.


http://lh4.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RTIPEv_II/AAAAAAAAApM/4QAnvtLl0Yg/s1024/Mass-09.jpg
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 13:00

Une cathédrale se construit en Europe : celle de Prishtina, au Kosovo. C’est sous l’impulsion du président kosovar Ibrahim Rugova et de l’administrateur apostolique de Prizren Mgr. Marko Sopi que ce projet a pris corps. L’idée, du côté de la présidence de la république était de donner un visage plus occidental à la capitale du Kosovo en y inscrivant un bâtiment remarquable, emblématique, et significatif des ambitions européennes de ce petit pays pourtant à majorité musulman. Pour l’administrateur apostolique, il s’agissait de relocaliser la cathédrale du diocèse du Kosovo dans la capitale (et non plus à Prizren, capitale historique, mais petite ville provinciale) afin de suivre les mouvements de population dus à l’exode rural, et également de rendre l’Église Catholique plus visible dans le pays dans un but d’évangélisation.

Depuis, le président Rugova comme Mgr. Sopi sont morts brutalement, et c’est sous le président Fatmir Sejdiu (remplacé il y a une semaine par Jakup Krasniqi) et l’’administrateur apostolique Mgr. Dodë Gjergji que les travaux se sont perpétués.

 

Les projets concurrents. C’est finalement le dernier (et le plus traditionnel) qui a été choisi.

 

http://img112.imageshack.us/img112/7452/katedraljashqiptare1rs0.jpg


http://img216.imageshack.us/img216/1295/28338965ma7.jpg


http://img215.imageshack.us/img215/2217/katedraljaneprishtineao6.jpg

 

http://img235.imageshack.us/img235/801/katedraljaeprishtinessc1.jpg

 

Les travaux :

 

http://www.archiedu.com/home/downloads/K2.jpg

 

http://img63.imageshack.us/img63/1690/p1110708da0.jpg

 

http://img124.imageshack.us/img124/4059/p1110716aa0.jpg

 

http://img219.imageshack.us/img219/153/picture0461wo7.jpg

 

http://img149.imageshack.us/img149/363/35362297qu9.png

 

http://www.kirche-in-not.de/files/2009/03/bischof-gjergji-baustelle.jpg

 

http://img193.imageshack.us/img193/1461/cuoct09cathedral.jpg

 

http://i47.tinypic.com/34phw8z.jpg

 

http://img43.imageshack.us/img43/553/katedralja.jpg

 

L’inauguration de la cathédrale Bienheureuse Térésa de Calcutta de Prishtina :

 

http://www.koha.net/repository/images/04katedrala4.jpg

 

Son Excellence Mgr. Zef Gashi, Archevêque de Bar (Monténégro) représente le Pape Benoît XVI

 

http://www.shqipmedia.com/wp-content/uploads/2010/09/katedralja-nene-tereze-prishtine2.jpg

 

 


 

 

Les tours sont encore à construire, ainsi que l’intérieur à décorer.

 

Cette cathédrale est un grand espoir pour les Catholiques qui représentent entre 5 et 10% de la population du Kosovo. Mais elle nous incite également à prier pour les Orthodoxes du Kosovo qui ne jouissent pas de la même tolérance pour des raisons ethniques (les Catholiques comme les musulmans sont d'ethnie albanaise, alors que les Orthodoxes sont d'ethnie serbe) et qui n'ont jamais pu terminer leur propre cathédrale à Prishtina, en chantier depuis des années.

 

http://lh3.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S7Ye9w8J3VI/AAAAAAAABQE/-5RknoompYQ/benedicamus.JPG

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 18:45

Un entretien avec le cardinal Joseph Zen, Évêque émérite de Hong-Kong.

 

Par Anthony Clark, Ph.D.

 

NDLR : Le Dr. Anthony Clark, Professeur assistant d’histoire de l’Asie à l’Université Whitworth de Spokane (État de Washington, USA) est allé en Chine faire des recherches cet été. C’est à cette occasion qu’il réalisa cet entretien avec le Cardinal Joseph Zen, quelques jours après avoir interrogé l’Évêque de Shanghai Mgr. Aloysius Jin Luxian.

 

Hong-Kong est incontestablement la ville la plus moderne d’Asie, et un phare mondial du matérialisme. Nichée parmi son réseau d’autoroutes urbaines, d’escaliers roulants et de gratte-ciel se trouve un petit immeuble abritant une modeste communauté de Salésiens, qui servent les pauvres et éduquent les jeunes suivant l’exemple de St Jean Bosco. Il est difficile d’imaginer que c’est dans cette discrète communauté que vit le prélat le plus proéminent et médiatisé de Chine, le Cardinal Joseph Zen S.D.B.

 

http://www.asianews.it/files/img/HONG_KONG_VATICAN-_Zen_-_Pope.jpg http://hocsigno.files.wordpress.com/2010/06/220px-cardinal_zen_motto.jpg


Après avoir obtenu une audience, l’Abbé Paul Mariani S.J. et moi-même avons attendu Son Éminence au rez-de-chaussée de sa résidence à la Maison Salésienne des Études. Le Cardinal Zen nous a rejoint, et, baissant la climatisation, nous a informé du fait qu’il ne se sentait « pas très bien » ce jour là. Malgré sa maladie, il fut généreux de son temps, et démontra sa réputation d’honnêteté et de réalisme à propos de la situation de l’Église en Chine.

 

Mgr. Zen fut Évêque de Hong-Kong de 2002 à 2009, et créé cardinal par le Pape Benoît XVI en 2006. Lorsqu’il fut lui fut demandé lors d’un précédent entretien s’il avait l’intention de se reposer pendant sa retraite, il répondit : « Je prends ma retraite, mais je ne vais pas cesser de travailler pour l’Église qui est en Chine ». Il est évident que le Cardinal Zen est un ouvrier profondément pieux dans la vigne du Seigneur, et qu’il a voué son cœur au soulagement des souffrances des Chrétiens vivant de l’autre côté de la Grande Muraille. Il est peut-être l’homme d’aujourd’hui le mieux informé de ce qu’ils vivent.

 

Notre discussion s’ouvrit par une question à propos de la phrase de Tertullien « Le sang des Martyrs est semence pour l’Église ».

 

Anthony Clark : « - Éminence, pourquoi la Chine a-t-elle produit un grand nombre de Martyrs au cours de son histoire, et pourquoi de si fortes persécutions persistent encore aujourd’hui ?

 

Cardinal Zen : - Lorsque nous évoquons la situation en Chine, nous parlons de persécutions sous un régime communiste. Si le communisme en ses principes est le même partout, il peut présenter différentes caractéristiques selon les pays. La Chine est un pays où, fondamentalement, les Chrétiens sont minoritaires, et où les missions ont été considérées comme impérialistes. Subséquemment, les persécutions y furent cruelles et sans pitié. Également, le régime chinois étant une version « améliorée » du communisme, le contrôle exercé sur les religions y est particulièrement étroit.

 

A.C. - Pourquoi, si le gouvernement chinois souhaite que les Catholiques de Chine soient en tout points chinois, a-t-il pourtant interdit la vénération des Saints chinois canonisés par Jean-Paul II en 2000 ?

 

C.Z.  - On ne peut jamais savoir ce que le gouvernement communiste chinois a en tête, car il garde le secret sur ses décisions. Après l’annonce par le Vatican des canonisations, les autorités demandèrent aux Catholiques de signer un document désavouant le Pape. Cependant, la décision de faire se tenir la cérémonie un premier Octobre, fête nationale en Chine, était, bien évidemment, une importante erreur. Choisir le jour où la Chine célèbre le début du gouvernement communiste pour canoniser des Saints a été considéré par le parti comme une insulte voulue. Et de par le contrôle du gouvernement sur les activités religieuses, très peu de chinois sont au courant de la canonisation des 120 Martyrs.

 

http://2.bp.blogspot.com/_g_qXXK7DGE4/Se7LMegQHrI/AAAAAAAAH54/PGDSx8GZje4/s400/Cardinal_Zen.jpg

 

A.C. - Un autre problème auquel l’Église en Chine doit faire face est un nationalisme grandissant…

 

C.Z. - Tout d’abord, les Catholiques chinois restent chinois comme toujours. L’Église ne trahit pas l’identité chinoise.

A propos de l’escalade de nationalisme en Chine continentale, il faut garder à l’idée que les cultures chinoise et occidentale sont très différentes. Les missionnaires travaillant ici apportent leur propre nationalité, et malgré tous leurs efforts, ce sont toujours des étrangers. Cela est naturel. De même, les missionnaires apportèrent avec eux la théologie de St Thomas d’Aquin lorsqu’ils arrivèrent en Chine. Il n’y eut aucun problème avec cela, car il s’agit du meilleur de ce que l’Église enseigne. Occidentaux et chinois sont très différents, et chacun doit être reconnaissant des apports de l’autre.

 

A.C. - Pourquoi la canonisation des premiers Martyrs chinois ne date-t-elle que de 1930 ?

 

C.Z. - Il est possible que le Vatican ne veuille pas irriter le gouvernement communiste. Pourquoi ne devrions-nous pas faire connaitre tous ces Martyrs qui moururent sous les coups du régime ? Les gens n’osent rien dire, ils se disent que cela doit attendre des jours meilleurs. Mais quand seront-ces jours meilleurs ? Les jours meilleurs, c’est maintenant.

Le Martyr signifie « témoignage », et les Martyrs chinois, ceux qui sont canonisés et ceux qui ne sont pas encore connus, méritent qu’on écrive sur eux, et qu’on parle d’eux, cela afin de renforcer la Foi de ceux qui souffrent sous les persécutions d’aujourd’hui. C’est maintenant que les gens ont besoins d’encouragements.

 

A.C. - Quelle est la situation actuelle de l’Église officielle comme des communautés souterraines ? Bien que certains considèrent que les lignes de fracture entre elles auraient tendance à s’atténuer, beaucoup de Prêtre et d’Évêques chinois pensent le contraire, à savoir que les divisions seraient de plus en plus importantes.

 

C.Z. - Entre 1989 et 1996, j’ai vécu en Chine continentale six mois par ans, enseignant auprès des séminaires de l’Église officielle, et ce faisant au séminaire de Shanghai, j’en suis parvenu à la conclusion que ces gens étaient Catholiques, autant que tous les autres Catholiques du monde. Et par la suite, j’ai dit et répété qu’il ne fallait pas croire que les communautés souterraines garderaient la Foi contre une Église Patriotique qui l’aurait trahie. Non, pas le moins du monde.

Lors d’un synode, j’ai expliqué qu’il n’y a qu’une seule Église en Chine, parce que dans leur cœur, les Catholiques chinois partagent tous la même Foi. Mais, si l’on s’attarde sur le point de vue structurel, de comment ces communautés sont dirigées, il est clair que nous sommes en présence de deux Églises. L’Église souterraine est hors la Loi. Cela lui donne une sorte de liberté, qui lui permet d’échapper à tout contrôle de la part gouvernement. En face, l’Église officielle est pieds et poings liés sous la coupe du gouvernement. On ne peut donc absolument pas dire que les lignes de fracture s’atténuent. Certaines personnes soutiennent que l’Église souterraine devrait sortir de la clandestinité. Cela est tout à fait faux. Ce n’est pas dans la lettre du Pape (aux Catholiques de Chine, publiée en 2007, ndlr), et ce mirage a été dissipé par le compendium de cette lettre (publié en 2009, ndlr). Le Saint Père nous demandait la réconciliation des cœurs, pas la fusion en une seule structure.

Si le contrôle du gouvernement sur l’Église officielle est à ce point invasif, pourquoi les communautés clandestines devraient-elles la rejoindre ? Après tous, ces communautés ont souffert très longtemps, et leur demander cela est injuste.

 

http://www.usccb.org/synod/images2/zen6_web.jpg


A.C. - Votre franchise peut parfois être mal perçue…

 

C.Z. - Quand, en Chine, on critique les communautés clandestines, je les défends, et quand on critique l’Église officielle, je la défends de la même manière, car elles sont toutes deux persécutées. Mais malheureusement, la générosité que le Saint-Père a démontrée en légitimant les Évêque de l’Églises officielle n’a pas porté les fruits attendus.

Il y eut des compromis de la part des deux parties. Typiquement, le Saint-Père reconnaissait les Évêques choisis par le gouvernement, sans leur demander de se distancier du pouvoir, et en échange, le gouvernement permettait ce genre de relations entre les Évêques et le Pape sans chercher à exercer de pressions sur ces Évêques.

Alors pourquoi les deux communautés restent à ce point divisées ? Une solution pourrait être trouvée, il est donc au-delà de mon entendement que la situation reste inchangée. Ceux qui sont à blâmer sont ces Évêques qui ne veulent pas suivre la volonté de ceux qui gouvernent l’Église, mais plutôt leur propre intérêt.

Un autre problème est que beaucoup des Évêques approuvés par Rome ne sont pas fiables. Même ceux qui sont en communion avec le Pape vont dire « L’Église de Chine doit être indépendante ». Comment peuvent-ils se dire en communion avec le Saint-Père ? C’est incroyable. 

 

A.C. - Pensez-vous que la lettre du Pape aux Chrétiens de Chine ait enlevé sa raison d’être à l’Église souterraine, Benoît XVI y suggérant que d’être souterraine n’est pas la manière habituelle de fonctionner de l’Église ? La lettre du Pape n’aurait-elle pas créées d’une façon ou d’une autre de nouvelles confusions au sein de l’Église qui est en Chine ?

 

C.Z. - Non, en Chine les Catholiques sont scandalisés de ce que les Évêques de l’Église officielle qui ont été reconnus par le Pape continuent de se ranger du côté du gouvernement. Le Pape n’a pas demandé à l’Église souterraine de faire surface et de rejoindre l’Église patriotique, mais a simplement mis en lumière l’anormalité de la situation chinoise. En effet, les communautés clandestines ont des raisons de se défier de l’Église officielle. Bien évidemment, on m’a critiqué, les gens disent « Qui êtes vous, Cardinal Zen ? Vous-même vivez en paix, et vous poussez vos frères au Martyr ». Je ne pousse personne au Martyr : le Martyr est une grâce particulière de Dieu. Mais je pense aussi que lorsqu’on est Évêque, on doit agir en cohérence avec sa Foi. La chose la plus importante aux yeux des communistes est le contrôle, et ils ont trouvé en l’Association Catholique Patriotique le moyen de contrôler l’Église qui est en Chine.

 

A.C. - Pouvez-vous nous expliquer comment l’Église Patriotique est contrôlée en Chine continentale ?

 

C.Z. - En premier lieu, M. Liu Bainan, l’actuel vice-président de l’Association Catholique Patriotique Chinoise est peut-être le rouage le plus important dans les efforts du gouvernement pour contrôler les Catholiques de Chine. Depuis de nombreuses années, il est à la tête de l’Église qui est en Chine, et les Évêques ne sont pas grand-chose de plus que ses esclaves. Lors des dîners entre M. Liu et les Évêques, celui-ci est le seul à parler. Ce n’est que lorsqu’il est parti que les autres présents peuvent prendre la parole. C’est très humiliant. Certains, pourtant, voient en lui un Saint. Que pouvons-nous faire ? C’est incroyable.

 

http://farm4.static.flickr.com/3188/3056104924_e171c1329f.jpg

La cathédrale N.-D. de l'Immaculée Conception de Hong-Kong

 

A.C - Certains de vos détracteurs considèrent que vous et M. Liu représentez deux extrêmes qui gardent l’Église qui est en Chine divisée…

 

C.Z. - Ils n’ont pas tort. Nous représentons vraiment deux extrêmes. Lui veut que l’Église chinoise demeure séparée de Rome, il a pris parti pour les sacres épiscopaux illicites, et pour de grandes réjouissances à l’occasion de la célébration des 50 ans de l’Association Catholique Patriotique. Il y a même de nombreuses preuves de ce que, en bien des choses, il va au-delà des instructions du gouvernement. Par exemple, quand le gouvernement convoque cinq Évêques à un synode, Liu y envoie un sixième. Le gouvernement lui-même ne peut se satisfaire de cette situation.

La situation s’arrangerait si, tout simplement, les Évêques prenaient au sérieux la récente lettre du Saint-Père à l’Église qui est en Chine. Je ne peux pas comprendre pourquoi ils ne la prennent pas au sérieux. Certains en donnent même une fausse interprétation.

 

A.C. - Malgré les sérieux problèmes que l’Église qui est en Chine rencontre, le nombre de Catholiques continue d’augmenter. On peut se demander si en cela l’Église agit bien.

 

C.Z. - Il n’est pas surprenant que les gens cherchent un soutien dans le Christianisme alors que la Chine se trouve dans un état si désordonné. Il faut garder à l’esprit que les Chrétiens de Chine demeurent une petite minorité, et qu’on ne peut en demander plus qu’elle ne peut à l’Église chinoise ces temps-ci. L’Église qui est en Chine doit aujourd’hui se battre pour sa survie, à la différence de l’Églises dans d’autres parties du monde. Et malgré ce besoin de se battre pour survivre, elle arrive à évangéliser et à exercer la charité.

 

A.C - Pour terminer, Éminence, que pensez-vous que puissent faire les Catholiques étrangers  pour l’Église chinoise ?

 

C.Z. - Je pense que la première chose à faire est de connaitre l’Église qui est en Chine. Il est dommage qu’il y ait beaucoup de personnes qui savent ce qui se passe ici et n’en parlent pas, et beaucoup de gens qui parlent des Catholiques de Chine sans vraiment en connaitre quoi que ce soit. Il y a aujourd’hui beaucoup trop de confusion. Oui, beaucoup trop de confusion.

Le Saint-Père a les idées extrêmement claires en ce qui concerne l’Église en Chine, et nous avons de la chance d’avoir un tel Pape ».

 

Le Cardinal termina avec une prière à Notre Dame, Aide des Chrétiens. Alors que nous le quittions, il nous dit qu’il devait se dépêcher afin de pouvoir dire sa Messe quotidienne, et bénit pour nous des images de Notre-Dame de Chine.

 

http://www.gcatholic.com/churches/hongkong/0005-20.jpg

La cathédrale N.-D. de l'Immaculée Conception de Hong-Kong

 

Le Cardinal Zen est un homme d’Église profondément soucieux de la Foi et de la liberté de ses frères chinois. Et il est clair qu’il ne se reposera pas tant que le gouvernement communiste ne donnera pas à l’Église une totale indépendance de son contrôle. D’après lui, « Le mot de la fin ne doit pas appartenir exclusivement à un gouvernement athée ». Ce n’est rien  moins que la tâche d’affronter un système, selon ses propres mots, « cruel et sans pitié ». Malgré les combats des temps présents, le Cardinal Zen est un homme plein d’espoir : comme il le disait, « L’hiver est passé, et le printemps va arriver ».

 

http://lh3.ggpht.com/_YtYKuDvkXWU/S3RSuEUalZI/AAAAAAAAAm8/WhANkbORiUs/s1024/BVM-ImmCon-7.jpg

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fides et Ratio
  • : L'humeur d'un cérémoniaire du dimanche... Sujets de fond et sautes de caractère.
  • Contact

le-pape-francois-humble-concret-photo-afp.jpg

Une-femme-se-jette-sur-le-Pape-Benoit-XVI_mode_une.jpg

61012052eucharistie-jpg.jpg

BenXVI.png

http://img233.imageshack.us/img233/5931/coeurquibat3rg6.gif

http://static.skynetblogs.be/media/148315/dyn006_original_350_277_gif_2571946_9210c9e266a96ee2eb5cd0d80b092d78.gif

http://i.ytimg.com/vi/qQm5tItsFTM/0.jpg

http://3.bp.blogspot.com/_RNdGJLNyEVY/SgMl9hBT4HI/AAAAAAAAALo/nmXsaxSs_ks/s320/avortement3.jpg

Rechercher

 

Approximativement 46 millions d'avortements ont lieu dans le monde chaque année.

Ce compteur donne une idée du nombre de petites vies interrompues depuis le 1er Janvier.

Requiem aeternam dona ei Domine et lux perpetua luceat eis.

Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à Vous.

trinite_roublev-copie-1.jpg

ms-5.jpg

http://www.abbaye-champagne.com/themes/activites/centre/chancelade/2010/elements/cure-ars.jpg

http://2.bp.blogspot.com/_O6K_h61str8/S1e1pUmr4fI/AAAAAAAAB6I/HStaJjAdSII/s640/escriva.jpg

http://www.peintre-icones.fr/IMAGES/ICONESCALENDRIER/Mars/PerpetueFelicite.jpg

Compiegne.png

http://www.diariobuenosaires.com.ar/images/sueno-don-bosco.jpg

Santa_Clotilde_G.jpg

Louis-XVI-St-Denis.jpg

arc-259x300.jpg

francis-de-sales-1-sized.jpg

http://saints.sqpn.com/wp-content/gallery/saint-martin-of-tours/saint-martin-of-tours-00.jpg

Pope_Benedict_XVI__Sketch1__w.jpg

Compteur gratuit

Visiteurs depuis Novembre 2010

free counters

Visiteurs par pays depuis Novembre 2010